Fait frète!

Fait frète!

Ah mais non mais non, mais c’est l’hiver, jme souviens plus d’quoi c’avait l’air.[1]

On me demande parfois si il fait froid à Montréal. Je répond que non, c’est un lieu de villégiature hivernale exceptionnel. Comme ceux où l’URSS envoyait ses citoyens exemplaires pratiquer la cryothérapie.

DSCF0155
La mort au coin d’une rue, un peu comme dans le 9-3.

Il fait -36 degrés aujourd’hui. Enfin pas vraiment. Juste moins 22, mais vous aurez froid comme si il faisait -36. Celsius hein, pas l’échelle bancale de Fahrenheit.

La raison est simple et elle porte un nom de suppositoire anti-rhum.

DSCF0245

L’humidex, c’est l’indice qui vous permet de calculer les infinies variations dans la symphonie de souffrance en ouil majeur que va vous infliger cette saison qui cesse définitivement d’être drôle après la derniere galette des rois. L’humidex vous fera insulter le vent, vous demander si votre pénis va congeler quand vous urinez sur un arbre en rando, et globalement vous faire développer un syndrome de Stockholm singulier au terme duquel vous deviendrez fou, ou Canadiens..

Je sais ce que vous allez me dire : L’hiver c’est fun, on se torche au grog en écoutant Richard Cheese au coin de la cheminée. En se demandant ce qu’il y a sous le sapin et en discutant avec Tata Ingrid. Enfin, peut-être pas vous, mais moi oui.

Sauf que ça, c’est Noel en Europe, c’est-à-dire les 4 ou 5 jours d’hiver qu’on attend avec impatience. Le temps de dessoûler et de se débarrasser discrètement de la cravate de tata Ortense (on appelle ça Janvier) et nous voilà en Février, le mois des suicides. Le mois des examens où on ne va pas pasque on est à peine capable de sortir du lit pour aller aux toilettes.

DSCF0216
Scène d’une rare violence, des jeunes défavorisés sans chauffage à la maison ni NetfLix, obligés de jouer dehors par moins 45

Le mois où on colle une claque aux enfants quand ils demandent à sortir faire un bonhomme de neige (ça t’apprendra à faire le malin ). L’hiver: on s’ennuie tellement qu’on copule sans contraceptif juste pour le grand frisson de faire une petite scorpion ou un petit vierge de plus (les deux signes les plus répandus statistiquement, faut bien se réchauffer).

Si un jour je suis président des saisons, j’interdirais les févriers et les mars pour offrir une double ration de mai-juin.

Aujourd’hui donc il fait moins 32. Je m’équipe comme si j’allais gravir le K2. L’important c’est de colmater tout ce qui est en contact avec cette saison pourrie : visage, mains, pieds (par le sol). Ma veste est la plus chaude du monde ( et je l’ai acheté 20 dollars au lieu de 1500 au Emmaus du coin) alors je pourrais être torse nu dessous et ne rien sentir. Par contre mon visage, sans ressembler à un nationaliste corse c’est moins facile. Et puis c’est illégal de ressembler à un nationaliste Corse. Aucun respect pour le folklore de nos jours.

La neige, fascinant ça la neige. Ya plein de types de neiges ici. Des mots intraduisibles en français pour la décrire autrement que par « putain de merde je souffre ».

DSCF0173

Le gros flocon qui se pose dans ton œil alors que t’es mal réveillé, le petit sournois qui fond et gèle en un quart de seconde juste derrière ton oreille, la goutte pas vraiment solide qui te crachote à la face comme un chat en colère. L’hiver est une école de souffrance, sortir dehors c’est comme si quelqu’un vous pinçait les fesses fort, partout.

Une fois par terre, la neige cesse d’être un cliché rigolo de carte postale pour devenir un danger publique qui risque de t’envoyer aux urgences, le tibia à l’air libre. Si au début on s’en félicite (ca diminue les dividendes des fonds de pension que nos salaires peinent à rassasier, nous les négres modernes du capitalisme  des baby-boomers) on réalise qu’on est pas à l’abris. Et qu’on risque d’atterrir en hurlant 8 heures dans un hôpital avant d’avoir une sucette et une injection de morphine.

Car ne l’oubliez pas: ici c’est le Canada. Si ça ne l’est pas pour vous et qu’il fait froid c’est que vous êtes en Finlande, ou en Sibérie, pays où on apprend à hurler à cause du froid de manière vocale.

Tout ça pour dire que le Canada c’est le meilleur système de santé d’Amérique du Nord. Apres celui de Cuba (authentique).

La neige n’est pas ce que vous croyez. La neige est dangereuse et sournoise, elle se cache dans vos souvenir d’enfance pour vous molester, un peu comme pédobear.

DSCF0273

Il y a :

  • La neige de base qui fait cronch cronch quand tu marches dessus. Celle-là je l’aime bien car elle est peu malfaisante.
  • La neige gelée dessus molle dessous, un peu comme une crème brûlée.
  • La neige mesquine tassée par les passants qui forme un genre de miniglacier sournois dont le seul but est de te faire chuter et de tuer en t’éclatant la tête comme Clement Meric (bon celle-là n’est pas fine).
  • La neige qui te guette au bord du 35eme étage au centre ville pour te sauter dessus et t’exploser aussi la boite crânienne comme un sniper Serbe.
  • La vieille neige marron pourrie dans laquelle tes lacets vont venir s’abreuver en t’obligeant à te dégelasse les mains en les renouant. A ce moment-là typiquement le bus passe, comme une ultime injure du destin.
  • Le petit glaçon pervers qui t’attends pour se glisser sous ta chaussette quand tu te crois à l’abri du danger sur le palier de ton appart. Ou plus tard, la flaque froide qu’il a laissé.
  • Les particules de glace en suspension dans l’air, un peu comme quand tu te frottes longtemps les yeux. Si elles sont là, c’est que ta durée de vie dehors se compte en minutes.

Tu attends donc en sautant d’un pied sur l’autre ton putain de bus en te disant que 5 minutes de retard par ce temps, ça devrait être passible du peloton d’exécution.  Comment ça le métro ? Pour suer comme un soudeur brésilien avant d’attraper une pneumonie une fois à l’air libre ? Comment ça la voiture ? Pour pelleter comme un cheminot dans un film d’Alain Renais, t’asseoir dans un fauteuil par moins 30 pendant un quart d’heure en attendant que le moteur daigne te sauver de l’hypothermie ?

Tu n’y penses pas. Prend le bus.

DSCF0276
Ou alors, à bicyclette?

Mieux, appelle le boulot et reste devant le marathon les Simpson sur le câble.

[1] Chanson des colocs, groupe dont le chanteur s’est suicidé par Hara-Kiri, preuve que l’hiver tue.

Publicités