Chemin de traverse

J’en ai marre de Pai. J’en ai marre des poseurs, des hippies en carton en tenues bariolées made in Goa qui se ressemblent tous, des groupes de blondes en shorts qui mangent des pizzas dans des cafeterias où passe en permanence le même pauvre best off de Bob Marley. Je passe mon temps à me promener en scooter dans la campagne mais la ville m’emmerde.

Ya eu ce déclic.

Ya eu cette pochtronne Thai au teint de Tibetaine bourrée comme une horloge à 2 heure de l’aprèm. Un vrai lampadaire hoquetant, le regard hagard qui fume ses clopes devant le 7/11 de la rue à touriste de Pai. Je revenais avec mon repas du soir et elle m’a interpellé en voyant mon sac plastique.

Ils vendent la bouffe dans les échoppes dans des sachets plastiques gonflés fermés par un élastique. J’ai ma salade de porc au galanga, une paire de brochettes de foie de poulet, du riz gluant et de la saucisse à la citronnelle.

–          Hé toi à qui t’as volé son repas ?

–          C’est MON repas.

–          Tu déconnes les touristes mangent pas ça, c’est de la bouffe de Thai, c’est trop épicé pour toi, à qui tu l’as pris ?

–          Je l’ai acheté là-bas.

Là-bas c’est le petit marché avec ses échoppes la nuit qui vendent plein de trucs. Mon repas m’a couté 2 euros. Je ne mange plus que comme ça. Les rades pour touristes sont trop fades, Bob Marley m’horripile et je ne supporte plus cet espèce de regard mort qu’ont les touristes. J’ai envie de les prendre et de les secouer en hurlant « souris connard t’as payé 1000 euros pour être là ».

Alors l’ivrogne a eu ce regard hagard encore. On se demandait si elle se pissait dans la culotte, allait roter ou tout ça à la fois. Puis le cerveau a trouvé le point de patinage et elle a explosé de rire. Et elle a interpellé tous les commerces alentours (en l’occurrence un vendeur de bijoux artisanaux, une crêpière et un taxi qui fumait sa clope) sur l’air de « j’en ai une bien bonne à vous raconter, le fahrang en vacance en Thaïlande mange de la nourriture Thaï ».

Là j’ai compris que ce n’était pas un endroit pour Bob Morane, mais plutôt pour Michel Blanc dans les bronzés.

Le lendemain j’ai revu la pochtronne devant le  7/11 en buvant mon café. Il avait plu toute la nuit, une pluie lourde de grosses gouttes qui font PLOC sur ton nez. Je lui ai demandé si c’était une bonne idée de partir en motorbike avec ce temps. Elle m’a dit non, please don’t do that. La pluie est bien pire dans les cols.

Mais c’était trop tard.

 Le vent me soufflait trop dans le dos. Laissé mon sac à une agence de location. Embarqué appareil photo, chemise , un poncho, un tee-shirt de rechange, 4 caleçons, 3 paires de chaussettes. Pas de Lonely, je l’ai perdu et je m’en cogne. Loué un scooter de 125cc automatique pour 4 jours. Fait le plein. Acheté une carte.

Puis j’ai foncé à 60 à l’heure vers le nord-ouest en abandonnant pizzas, bob marley, morues yankees en short, jongleur amateurs en sarouel et tout le cirque FRO-BO (faux-romanos bohème) de Pai.

A moi la boucle Mae Hong Son, 600 kilomètres de montagnes qui flirtent avec la frontière Birmane. Les hippies venaient y mourir d’overdoses dans les années 80, les Karen abattaient les gardes-frontières à la Kalash rouillée. Trafic de femme, de jade, de came, d’arme. Mais aujourd’hui c’est calme.

N’empêche qu’en secouant la pulpe il doit bien rester un peu d’exotisme au fond.

Mae Hong Son, 82 kilomètres.

La gentille pluie me fouette bien la gueule et comme je reste là à faire le gros dur je suis trempé quand j’enfile le poncho. Ça monte sec. Lacet, contre-lacet. Parfois je roule à 20 km/h tellement la pente est raide. Il faut klaxonner à chaque virage pour éviter les pick-ups qui doublent sur la deux voies. Je commence à frissonner. Chemise. La bruine limite la visibilité. Arrivé au point de vue panoramique on voit rien d’autre que l’intérieur d’un nuage. J’ai roulé deux heures et fait 35 kilomètres. Le bout de mes doigts commence à friper comme après un bain trop long. J’ai des gouttes dans les yeux.

La route enchaine sur une forêt à flancs de montagne à la chaussée défoncée. Le temps de Paris en Novembre est devenu une tempête. Des nids de poule géant criblent le bitume et plusieurs éboulement de terrain resserrent la voie. Je ne sens plus mes mains. Je fais une pause pour laisser passer l’orage qui gronde. Un gamin vient s’abriter avec moi sous l’espèce de chapiteau en bois au bord de la route. Il porte une machette de 50 centimètres de longs. Il m’étudie et je n’aime pas son regard. Je me taille.

Le bout de mes doigts me fait mal et je n’ai plus un centimètre carré de peau sèche. Mon visage ruisselle d’eau de pluie. J’ai ce mauvais frisson pré-rhume quand j’arrive à Mae Hong Son, une bourgade de 5000 personnes au fond d’une vallée encaissée. Le premier hôtel est trop cher. Le deuxième hôtel est tellement glauque que je m’attends à voir un majordome bossu se découper sur fond d’orage. Le genre hôstel de slasher-movie. Pourtant je braille et personne ne se pointe à la réception.

Ya ce bar genre pub qui passe les clashs. Avec un tout petit panneau « chambre à louer ». C’est dans mes prix (3,50 euros). La petite minette Birmane m’explique que c’est une chambre dans une maison et m’emmène dans un villa confortable à proximité et me file les clefs. J’ai 100m2 pour moi tout seul avec deux douches, une cuisine et 3 chats.

La maison a un côté « vielle baraque retapée du Lubéron » avec un peu d’antiquaire fou : fauteuil de dentiste sur la terrasse, brasero dans la cuisine. Mais pas l’eau chaude. Je me douche en hurlant, me sèche et sort déjeuner. J’ai l’impression d’être Jack London trouvant un âtre dans une maison de bois après une course dans le grand nord. La nuit, l’orage continue de plus bel.

Le lendemain un temple avec vue sur la ville.

Une promenade aléatoire dans la campagne. Je tombe sur un barrage puis un village Karen. Les routes sont atroces avec des gués.

Je finis par voir un panneau « village Karen des femmes-girafes» et roule une bonne heure avant d’abandonner ma meule au bord de la route pour éviter de m’embourber. Le chemin sillonne encore deux bons kilomètres et j’arrive à un carrefour qui résume bien cette partie de la Thaïlande : A ma droite une barrière et un poste de garde d’où me lorgnent 3 soldats armés de M16 l’air mauvais. A ma gauche le village des Karens au long cou.

No, no, refugee camp, can’t go, can’t go. Go away. J’envisage un moment d’essayer de lui filer un bifeton pour aller voir et faire le reportage du siècle mais je crois que les rédacteurs en chef s’en foutent des birmans.

Alors je continue et parlemente un bon moment pour avoir une ristourne sur le « ticket culturel » qu’un type visiblement pthysique essaye de me revendre de son hamac. Le village « culturel » n’est qu’un alignement long de 100 mètres de baraques miséreuses et d’échoppes qui vendent de l’artisanat douteux, des bijoux avec étiquette made in China et des écharpes. Je traverse sans oser prendre de photo de gens (sauf une), par respect.

Et là devant une grand-mère au long cou je craque et je n’arrive pas à retenir mes larmes. Elle me regarde impassible tourner la tête et me sécher les yeux. Je pars du village légèrement nauséeux, remonte sur ma bécane, rentre à Mae Hong Son et me tape une cuite pour oublier. Dans le bar je rencontre un Hollandais bourré qui me parle de pots de vin sur des chantiers de dragage (nan pas de putes, de BTP, suivez un peu) et m’invite à manger du curry de sanglier sauvage (cherchez pas, c’est dég’). Il éclate de rire en parlant de Pai et explique : Ils essayent tellement d’être différents qu’ils se ressemblent tous là-bas. C’est des beaufs de 20 ans et le pire, c’est qu’ils se croient décalés. Sa copine en tailleur propret aux cheveux impeccablement brossés acquiesce.

Au matin je glisse suivant la pente hors de la ville en traversant une forêt parsemée de villages. L’un d’eux propose une source d’eau chaude qui semble abandonnée malgré un gazon impeccable. Des cabines avec baignoires servent de refuges aux araignées, et après avoir essayé de démarrer la pompe à eau soufrée pour remplir la mini piscine je quitte ce site fétide sans avoir eu d’eau chaude depuis mon départ. Dommage pour mon rhum carabiné.

Plus loin un chemin prometteur semble dans la brune serpenter avec pour seule mention, « station micro-onde » .

Le chemin raide mène à un village miséreux et boueux dans la brume où les cochons sauvages et les poulets circulent libre. On me regarde bizarrement alors je rebrousse chemin.

La pente est dure pour un scooter qui n’a pas de frein moteur et descend donc en roue libre, il me faut solliciter les freins en permanence, en risquant de déraper et de me vautrer vu l’état de la route. La hantise de perdre mes freins en peinte à 50 à l’heure me travaille.

Me voilà à la nuit tombé dans le village de Khun Yuam. Un marché dans un champ boueux sous la pluie.

Une route. A la sortie du bled je trouve un petit hôtel sympa pas cher. Je me gèle alors j’achète une veste de Nong chinois à enfiler par-dessus ma chemise. Avec mes grolles boueuses, mon rhum j’ai l’impression de revenir de Breiztek. Heureusement ya l’eau chaude et la douche chaude après 3 jours à me peler me fera un bien fou. La nuit deux coupure de courant me laissent seul dans le noir dans cet hotel vide. J’ouvre la fenêtre, rien, aucun lumière dehors et le ciel grisâtre masque les Etoiles.

Le patron de l’hôtel me conseille de ne pas suivre l’itinéraire touristique traditionnel mais plutôt de traverser le mont Doi Inthanon, le plus haut de Thailande. Je fais un long détour par un parc national pour voir une chute d’eau en remontant de nouveau vers les alpages, les conifères, la bruine et la mousse. L’ambiance fait trés X-file.

Sur le chemin je fais sensation en interpretant « I love Rock and Roll » de Joan Jett en roulant, sans doute à cause du manque d’oxygène à 1300 metres. J’imagine la surpise de l’autochtone en voyant surgir l’abominable Farang des bois en pétrolette qui pousse ce cri de bete sauvage : « I looooooave, rok en’ rowl, spent two much tayme en the juquebox baybi ». Même les ruminants semblent sidérés comme des touristes Japonais au Louvre.

Les routes sont bourrées de barrages de police mais personne m’arrête jamais.

Le paysage ressemble désormais à une vallée suisse semée de champs de maïs. Les habitants me font signe de déjeuner avec eux à la sortie du village où j’ai hélas déjeuné. J’arrive enfin à Mae Chaem, une triste ville sans charme. Maso, je décide de pousser jusqu’au mont pour y louer un chalet. Mais la pluie se remet à tomber, je suis épuisé et la lueur des phares trace des maigres sillons dans la pénombre. Et la route est fermée à partir de 6 heures. Je me rabats donc vers le gite du parc national pour ce qui sera la pire nuit que j’ai eu en Asie.

La cabane est une grotte de pacotille salpêtrée genre motel pour Fred Flinstone. Humide. Moite. Froide. Room service et pneumonie. Le toit ne ferme pas totalement dans la salle de bain et il pleut dedans. Mon nez brule, coule, j’éternue. Alerte acariens. Pleins. Et peut-être un chat. Des chats même. Mon système nerveux parano se met en DEFCON-5 : attaque allergique totale. Des trucs me piquent, des moustiques bombardent mes flancs. Je me gratte dans les draps humides, me mouche, me frotte les yeux, en proie à une insurrection corporelle totale. Dehors la terrasse est balayée par une mauvaise bruine, mes vêtements sont humides. Impossible de dormir à la belle étoile, de reprendre la route.

 Je suis fait comme un rat.

 Le lendemain j’avale un café cul sec et me tire à 7 heures pétantes vers la civilisation avec des yeux explosé et un mal de crane. À peine le temps de visiter une chute d’eau. La troisième. La plus belle.

Et je rejoins en deux heures une nationale où je roule allégrement à 90 entre deux vols planés dus aux nids-de-poule. L’arrivée à Chiang Mai est rude, avec ses voitures qui déboitent complétement à l’arrache pour piler devant vous, ses mobs qui vous frôlent et l’occasionnel chien errant qui traverse. Enfin un vrai lit, des fringues propres (les miens puent à cause de l’humidité car jamais le temps n’a permis de les sécher), mes emails et la troisième saison de Six Feet Under. Ça fait du bien.

Si je recommencerais ? Bien sûr, je pars pour le triangle d’Or demain et l’autre frontière Birmane (celle qu’on peut traverser). Parait qu’ils vendent des kalashs sur les marchés. J’ai hâte de voir ça.

Publicités

2 réflexions sur “Chemin de traverse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s